er n a Pe ENI NT LILIAN TTI att ili rm tu L ob ati mm ar mt en Miner

en tng ae | ey” es TTT Le hp na Mn ep ga men re en prete Tr he nenn - - - ~ a . - . n > = He bu = = > a pe 7 © feriti ee dia) im i A - ine - o> DER nn Ait See ee RIA e . > - = LTT nn ia eer ER" ee on ne ot tm tt, Para ARRE n" nt rn “= > ow © tei a I ita n. ea in i et TI ~~ —— u = + cio rr rt timo ee hr,” 2 Ve a nn TO Dem in ore tae LL etti A ee M me un ee ihn a Da Nm i nin ut lid tere a TUTT tati Mt le WE ete oe | ie on, n Le mn ER > ~ et. » - = ~~ > u a A ~, „un % . un At n ee “a. RI bn ly lia, eee - ~* Se Perri n eee tt nn ys le è - EE ont re | È - ate ee eee a n pre Inn nn RS ee eT eres n - > n e alito HN AOD nn TT ara eee nat ne è © pra ~-. = din O PO oh. nn brite Pro a rte u er zo a Br. ie mu ER nn ee > ee Te È ghe. Te —— + . Ol Pte a cst nn nn, ut en a - ru ine dg un enge . ~~ Le - + nn tte ne te. per na ng Zune - we wee - 2 - _ > "e —n un u m m - ra . è pr nm = _ y De - - - =" > nn wt u ie ® fia Cartina me ap. Pe PP RER" ps men, wen - - -_ - ctu - nt tere ee ann in m - pe - o a ge. a lan ga aa Ete a È reni >. x Py —— - = nn gi et > o ar un mn À - m u er att tn - u Lg + 9 "= - - .— - +. » mn -- _ - - to - Dit = a - rt i «LÀ - re u ~ ~ = Pr. ee pena _ © = ha, - Ter me ——— - N ng ro. es ~ dai peer a - —_ - et Py -*. = = - ae - = —_ = un nn I _ —— Pi se in Same = - - - CS Ten - u > . ns ~ ze Pn u. ~ cita ee tere . Nut me _ .. ey -- , BE We 1 = - ~ - a _ en - - ms «2 ~ ~~ - ee do ven - CE ae ~~. ~ or . > D A m ~ e - e I ne | - ~ > _ - m . - a A mesa uit - te dla ~ m ne mn ~ ne E ¢ + ne = ~ + a di - “a - mot on we > Ma > - - = - = ~ È - terno = sing mt qu - ~~ me ~ Go -- —.— © - ~ - = ~ a > > _ -. ~ © dn + 1 ~ ~ = Es ri sin è a en - » ui i tata ae n al. - ashe pie - —.— - = . —— RT x = ~ a . : ha ue . - -< . - ~ _ ~ Pi i a = - - m m - oo > mn eh ptet eine = RER nern I ET A pn er a =

nn mr dpi eee

we a “oh. rinata re he

È nr ET mit i de rei ne TTT ARIEL AL artigo

- Red mn ia eri erranti LL me Lr do La a tlh n re oe TR met ee en ie. ve de. LH

À D or Se one

Ain = SET ae ate ee ee pigra

NI È M Se hr Ber: Y

tim re ones

Dr Len - ER

SL PT ER LENS aie Ne

zarte

“Gp Bi; PL

Eb toe ES

Lr A

Face TL

ne x

Pr nth

Pi | H = È > Ù Äh a À è Y a | (83 Di \ Q

IN i

sil FE | dl EM Ko S “gi Il! n

vf

= TE

>

n %

“m

IS 0 fi es

| | N mp | li, %, |

\'

L AR

de Fa da

‘of re ee

VI

Wed ‘| ne De LITE |

Ab a ine al il

Lai Li

om

a en en

È | Ì

|

REVUE SUISSE

ZOOLOGIE

ne

+

= x

"382102 U va

ed È + ì ‘RA i ay n 4 v L u, È de oo dal | =; E È È | “Le era NE = Pa 2 . x NE v= LEE Belo a i 7 = i 3 | SX 2 | Uni X 1 Di

1130.10

5

me 4 È Sa

[4

| R45y RARE

MY REVUE SUISSE DE ZOOLOGIE

IL)

Pi

ANNALES

DE LA

SOCIÉTÉ SUISSE DE ZOOLOGIE

MUSEUM D'HISTOIRE NATURELLE DE GENEVE

MAURICE BEDOT

fondateur

PIERRE REVILLIOD directeur honoraire

PUBLIÉE SOUS LA DIRECTION DE EMILE DOTTRENS Directeur du Muséum d'Histoire naturelle de Genève

AVEC LA COLLABORATION DE

GASTON MERMOD Conservateur de zoologie et malacologie

et

HERMANN GISIN Conservateur des arthropodes

TOME 63

GENEVE IMPRIMERIE ALBERT KUNDIG

1956

FEB ° 8 1957

a Aa

ME. al vo PR

oe Yael

Piso SI nore a io 5

n

pee SAME er

natante) i EA

ILL TVAR voi Ri rc jonas ss scegli

aree dat De cità re e *AATTO. LIVE a » P Ka ten serial wur ab

= a TASER ORAN, EF BO eee LON SIE OTRAS È

Mm "i Be:

chat! da Ghaioos ob TINTA

Fi

TA) Arne WAR ER IE za SITA PI ve] 3 = : + 3 1 i J

fa. WIE

Nos

Or

10.

TABLE DES MATIÈRES

du Tome 63

Fascicule 1. Mars 1956.

Edouard DELLA Santa. Revision du genre Oochoristica Lühe (Cestodes). Avec 3 figures dans le texte

W. Wirrmer. Afghanistan Ausbeute von Herrn J. Klappe- rich, 1952/53. Mit 30 Textabbildungen . ML. LEGS Mr

Luc THELIN. Deux Myxosporidies parasites de la Perche du lac Léman. Avec 4 figures dans le texte

V. AELLEN et P. Srrinatr. Matériaux pour une faune caver- nicole de la Suisse

Fascicule 2. Juin 1956.

Marguerite NARBEL-HOFSTETTER. La cytologie des Lufjia (Lepid. Psych.): Le croisement de l'espèce parthénogéné- tique avec l’espece bisexuée. Communication Nine avec 4 figures

Georg Benz. Der Erbfaktor Fo (Ke) ie Drosophila me- lanogaster. Mit 5 Textabbildungen

P. S. CHEN. Elektrophoretische Bestimmung des ne haltes im Blut normaler und letaler (ltr) Larven von Dro- sophila melanogaster. Mit 5 Textabbildungen und 2 Ta- bellen . ee ee

Pierre TARDENT, Pfropf-Experimente zur Untersuchung des regenerationshemmenden Stoffes von Tubularia. Mit 2 Textabbildungen

Vassili Kıorrsıs. Un Bombinator monophthalme. Avec 2 fi- gures dans le texte .

R. Matruey et J. M. van Brink. Note préliminaire sur la cytologie chromosomique comparée des Caméléons. Avec 15 figures dans le texte .

Pages

216

VI

Nos

IRE

12.

NB).

14.

21.

22.

23.

TABLE DES MATIERES

Fritz E. LeHMANN, Ermanno Manni und Angelo Baïrartr. Der Feinbau von Plasmalemma und kontraktiler Vakuole bei Amoeba proteus in Schnitt- und Fragmentpràparaten

Peter Bopp. Zur Topographie eines Kolonialterritoriums bei Murmeltieren. Mit 3 Abbildungen .

M. LiscHner. Hemmende und fördernde lia ba der Entstehung der Ersatzgeschlechtstiere bei der Termite Kalotermes flavicollis Fabr.

E. Haporn und P. S. CHEN. Die Flog dai Co matheken-Anlage bei Drosophila ae Mit 3 Text- abbildungen und 2 Tabellen

R. WEBER. Zur Verteilung der Mn in o. mi wicklungsstadien von Tubifex eee:

H. Kummer. Rang-Kriterien bei MARS nes De Rang adulter Weibehen im Sozialverhalten, den Individualdis- tanzen und im Schlaf ve Bar

H.-A. Guenin. Le complexe hétéo on ED du Go blaps nitida Schüst (Col. Tenebr. Blaptinae). Avec 15 fi- gures dans le texte

J. KALIN und E. RICKENMANN. hee le EN logie des Baden der höheren Primaten .

G. ANDERS. L’effet pleiotrope de la mutation lozenge che dif- ferentes espèces de Drosophiles .

M. Reirr. Einige Befunde über die SS so bei der Entwicklung, der Insektizidresistenz. Mit 6 Textabbildun- gen .

Hans N Gia zur A as Chore: ten. Mit einer ganzseitigen Textfigur

R. GEiGY. Beziehungen zwischen Erreger und beta ie in der Epidemiologie des Afrikanischen Rückfallfiebers

Fascicule 3. Septembre 1956.

Oscar E. Schorté and Robert H. Bierman. Effects of corti- sone and allied adrenal steroids upon limb regeneration in hypophysectomized Triturus viridescens. Eight figures .

. B. JoBLixc. Streblidae from the French Ivory Coast, with a

Description of New Species (Diptera). Two figures .

A. A. QUARTIER. Observations sur la fraie des Coregones du lac de Neuchätel. Avec une figure dans le texte .

J.-L. PERRET et V. AELLEn. Mammiferes du Cameroun de fa collection J.-L. Perret .

Pages

246

200

261

DB.

29.

30.

TABLE DES MATIERES

Fascicule 4. Décembre 1956.

Willi Saurer. Morphologie und Systematik der schweize-

rischen Solenobia-Arten (Lep. Psychidae). Mit 24 Abbil- dungen im Text und 5 Tafeln

Werner STINGELIN. Studien am Vorderhirn von Waldkautz (Strix aluco L.) und Turmfalk (Falco tinnunculus L.). (Un- tersuchungen am Gehirn von Tag- und Nachtraubvögeln.) Mit 80 Textfiguren

J. GALLERA. Contribution expérimentale à l’etude de lhisto- genese du cerveau chez les Amphibiens. Développement déficient de la limitante gliale externe. Avec 5 figures dans le texte

Georges DuBors. Contribution à l’étude des Trématodes de Chiroptères. Avec 2 figures .

Claude BEsucHer. Larves et nymphes de or (Coléo- ptères). Avec 12 figures dans le texte

P. A. TscHumI. Die Bedeutung der mio für Be öntwicklung der Beine von Xenopus laevis Daud. Mit 2 Textfiguren

Pages

551

661

TABLE DES AUTEURS par ordre alphabétique.

V. AELLEN et P. Srrinati. Matériaux pour une faune cavernicole de la Suisse

G. ANDERS. L’effet pléiotrope de la mutation ni chez diffé- rentes especes de Drosophiles .

Georg BEnz. Der Erbfaktor Kugel (Kg) bei Drosophila melano- gaster. Mit 5 Textabbildungen

Claude BEsucHET. Larves et nymphes de Psölaphides (Colsop: teres). Avec 12 figures dans le texte

Peter Bopp. Zur Topographie eines Kolonialterritoriums bei Mur- meltieren. Mit 3 Abbildungen

P. S. CHEN. Elektrophoretische ne des Proteine im Blut normaler und letaler (lir) Larven von Drosophila melanogaster. Mit 5 Textabbildungen und 2 Tabellen .

Edouard DELLA SANTA. Revision du genre Oochoristica Lühe (Cestodes). Avec 3 figures dans le texte .

Georges DuBors. Contribution à l’etude des Trématodes de Chiro- ptères. Avec 2 figures

J. GALLERA. Contribution expérimentale à l’étude de l’histogenese du cerveau chez les Amphibiens. Développement déficient de la limitante gliale externe. Avec 5 figures dans le texte .

R. Geisy. Beziehungen zwischen Erreger und Überträger in der Epidemiologie des Afrikanischen Rückfallfiebers

H.-A. Gucnın. Le complexe hétérochromosomique du Caeno- blaps nitida Schüst He Tenebr. i Avec 15 pe dans le texte .

E. Haporn und P. S. CHEN. Die nea, der Be theken-Anlage bei Drosophila dii À Mit 3 Textabbil- dungen und 2 Tabellen

B. JoBLING, Streblidae from the French ee oe with a Description of New Species (Diptera). Two figures .

Pages

183

312

661

341

298

TABLE DES AUTEURS

J. KALIN und E. RickENMANN. Zur vergleichenden Morphologie des Beckens der höheren Primaten

Vassili Krorrsis. Un Bombinator monophthalme. Avec 2 figures dans le texte .

H. Kummer. Rang-Kriterien bei Mantelpavianen. Der Rang adulter Weibehen im Sozialverhalten, den Individualdistan- zen und ım Schlaf

Fritz E. LEHMANN, Ermanno MANNI und Angelo BarratI. Der Feinbau von Plasmalemma und kontraktiler Vakuole bei Amoeba proteus in Schnitt- und Fragmentpräparaten

M. Lüscner. Hemmende und fördernde Faktoren bei der Ent- stehung der Ersatzgeschlechtstiere bei der Termite Kalo- termes flavicollis Fabr. .

R. MartHEY et J. M. van Brink. Note préliminaire sur la cyto- logie chromosomique comparée des Caméléons. Avec 15 fi- cures dans le texte

Marguerite NARBEL-HOFSTETTER. La cytologie des Luffia ( ii ‘Psych, ): Le croisement de l’espèce parthénogénétique avec l'espèce bisexuée. Communication préliminaire, avec 4 figures

J.-L. PERRET et V. AELLEN. Mammifères du Cameroun de la col- lection J.-L. Perret

A.-A. Quartier. Observations sur la fraie des Corégones du lac de Neuchatel. Avec une figure dans le texte

M. Rerrr. Einige Befunde über die Selektionsprozesse bei der Entwicklung der Insektizidresistenz. Mit 6 Textabbildungen

Willi Saurer. Morphologie und Systematik der schweizerischen Solenobia-Arten (Lep. Dane Mit 24 ne im Text und 5 Tafeln

Oscar E. Scnorré and Robert H. ee Effects of cortisone and allied adrenal steroids upon limb regeneration in hypo- physectomized Triturus viridescens. Eight figures

Hans STEINER. Gedanken zur Initialgestaltung der Chordaten. Mit einer ganzseitigen Textfigur

Werner STINGELIN. Studien am Vorderhirn von agi (Strix aluco L.) und Turmfalk (Falco tinnunculus L.). (Unter- suchungen am Gehirn von Tag- und Nachtraubvögeln.) Mit 80 Textfiguren er ee ee

Pierre TARDENT. Pfropf-Experimente zur chung des rege- nerationshemmenden Stoffes von Tubularia. Mit 2 Text- abbildungen |

Luc Tu£rın. Deux Myxosporidies parasites de li Perche 4 lac Léman. Avec 4 figures dans le texte

246

261

241

X TABLE DES AUTEURS

P. A. Tscuumr. Die Bedeutung der Epidermisleiste für die Ent- wicklung der Beine von > laevis Daud. Mit 2 Text- figuren

R. WEBER. Zur sima ne roch in triihen Ent: wicklungsstadien von Tubifex

W. Wirtmer. Afghanistan Ausbeute von Herrn i. Klapperich, 1952/53. Mit 30 Textabbildungen . dea;

Potro S 7 +

Tome 63 Fascicule 1 (N° 1-4) Février 1956

REVUE SUISSE DE ZOOLOGIE

ANNALES SOCIÉTÉ SUISSE DE ZOOLOGIE ET DU

MUSEUM D'HISTOIRE NATURELLE DE GENEVE

MAURICE BEDOT

fondateur

PUBLIÉE SOUS LA DIRECTION DE EMILE DOTTRENS Directeur du Muséum d'Histoire naturelle de Genève

AVEC LA COLLABORATION DE

HERMANN GISIN Conservateur des arthropodes

et EUGÈNE BINDER Conservateur des invertébrés

GENÈVE IMPRIMERIE ALBERT KUNDIG 1956

CR

REVUE SUISSE DE ZOOLOGIE

Tome 63. En cours de publication.

Pages

No 4. Edouard DELLA SANTA. Revision du genre Oochoristica Lühe (Cestodes).- Avec 3 figures dans le texte me 1

Ne 2. W. Witrmer. Afghanistan Ausbeute von Herrn J. “eb 1952/53. Mit 30 Textabbildungen . . . 115

No 3. Luc THézin. Deux Myxosporidies parasites de la Perche du Jac Léman. Avec 4 figures dans le texte "SN TEE

No 4. V. AELLEN et P. Strinati. Matériaux pour une faune caver- nicole de la ‘Suisse... 45.05 2 22.32 2 RER

Prix de Pabonnement : |

Suisse Fr. 60.— Union postale Fr. 65.—

(en francs suisses)

Les demandes d'abonnement doivent être adressées à la rédaction de

la Revue Suisse de Zoologie, Muséum d'Histoire naturelle, Genève

Lo

RENVUIETSUTSSE DE ZOOLOGIE Tome 63, 1. Février 1956.

TRAVAUX DE L'INSTITUT DE ZOOLOGIE DE L’UNIVERSITE DE NEUCHATEL

Professeur : Professeur Jean-G. BAER

Revision du genre Oochoristica Lühe

(Cestodes)

PAR

Edouard DELLA SANTA

(avec 3 figures dans le texte)

INTRODUCTION

En 1945, M. le professeur J.-G. BAER, directeur de l’Institut de Zoologie de Université de Neuchatel, nous confia la révision d’un genre de Cestodes cyclophyllidés appartenant à la famille des Anoplocephalidae et à la sous-famille des Linstowinae Fuhrmann 1907: le genre Oochoristica Lühe 1898.

Notre tâche a consisté tout d’abord à réunir la documentation la plus vaste possible sur le sujet. Nous saisissons l’occasion de cette introduction pour exprimer à M. le professeur J.-G. BAER notre tres vive et très sincère reconnaissance pour l’intérêt constant qu’il a voué à nos recherches, pour les très nombreux et très précieux conseils qu’il nous a prodigués ainsi que pour tout le matériel et la bibliographie qu’il a mis à notre disposition.

Nous avons ainsi compulsé l’immense majorité des textes publiés principalement par des auteurs de langue anglaise, alle- mande et française relatifs au genre Oochoristica. Comme nous l’exposerons plus bas, plusieurs de ces textes sont très brièvement résumés au début des descriptions des espèces du genre dans la troisième partie de notre travail. M. le professeur J.-G. BAER a mis à notre disposition un matériel considérable formé de.prépara- tions totales, de coupes transversales et frontales parmi lesquelles bon nombre constituent les types ou cotypes. Nous indiquerons au fur et à mesure des descriptions l’origine du matériel sur lequel

1 Publiée avec l’aide du fonds national de la recherche scientifique et de l'Etat de Neuchatel.

Rev. Suisse DE Zoot., T. 63, 1956. 1

APR 9.

1956

2 E. DELLA SANTA

portent nos observations. Cette documentation étant acquise, notre seconde tâche a consisté à en tirer une vue d’ensemble aussi claire et cohérente que possible du genre et à établir les diagnoses syn- thétiques et surtout comparables des espèces qui le constituent. Jusqu'ici, en effet, et bien que les notions de critères spécifiques et de variations individuelles eussent été fréquemment discutées par les auteurs qui ont tenté de débrouiller la systématique du genre Oochoristica, aucun effort véritable n’avait été entrepris pour réunir dans les diagnoses des espèces le plus grand nombre possible de caractères comparables. Le genre Oochoristica constitue un groupe tellement homogène de Cestodes, les différences spécifiques sont parfois de valeur si discutable, qu'il est extrêmement délicat de délimiter les espèces voisines avec certitude. Comme nous l’expose- rons dans la deuxième partie, aucun critère spécifique ne peut être utilisé de facon absolue pour toutes les espèces. Il faut alors recourir à une somme de caractères qui, dans l’ensemble, représentent assez bien la physionomie particulière de l’espèce envisagée.

Notre travail a été divisé en cinq parties.

Dans la première partie: « Historique du genre Oochoristica », nous avons simplement réuni et résumé quelques documents empruntés aux auteurs qui ont le plus contribué à donner une vue d'ensemble du genre à diverses époques. Cet aperçu est propre, pensons-nous, à faire ressortir la complexité croissante qui s’est manifestée dans ce groupe au fur et à mesure des publications de descriptions nouvelles. De plus nous exposons brièvement nos observations relatives à l’espèce-type du genre: O. tuberculata (Rudolphi 1819) Lühe 1898. Une étude générale des documents disponibles nous a conduit à formuler une diagnose spécifique syn- thétique qui, nous le souhaitons, facilitera la détermination d’es- pèces nouvelles du genre. Cette première partie s’achève enfin par la diagnose du genre Oochoristica tel qu'il se présente actuellement.

Dans une deuxième partie: «Les critères de détermination et la variation individuelle », nous avons envisagé successivement les principaux caractères spécifiques et discuté de leur valeur en tant que critères de détermination, en tenant compte des nombreuses et pertinentes considérations que plusieurs auteurs ont publiées à ce sujet. L’etude statistique de la variation individuelle appliquée à quelques organes, tels que les testicules, les onchosphères, les ventouses ou les scolex entiers, met enfin en relief, croyons-nous

—~

LE GENRE OOCHORISTICA (CESTODES)

le danger qu'il y a à prêter aux critères de détermination une valeur trop absolue en même temps qu’elle nous renseigne sur l’impor- tance relative de ces critères. Nous adressons nos vifs remerciements à M. A. LinpER, professeur de statistique mathématique à l’Uni- versité de Genève, pour les conseils qu’il nous a prodigués lors de l'élaboration de cette deuxième partie.

Dans la troisième partie: « Les espèces du genre Oochoristica », qui constitue la partie essentielle de notre travail, nous avons dressé la liste complète des espèces du genre que nous considérons comme valables en fournissant pour chaque espèce un résumé de la description originelle ou des redescriptions éventuelles, un exposé de nos propres observations et enfin une diagnose tenant compte des données fournies par le ou les auteurs originaux et par nos mensurations. Toutes ces diagnoses, construites sur le même schéma et basées sur les mêmes caractères, doivent permettre entre les espèces des comparaisons Jusqu'ici si délicates et souvent impos- sibles en raison de la variété des descriptions. Toutes les espèces insuffisamment décrites et dont l’identité est douteuse ont été complètement écartées de cette liste afin d’éviter bien des confu- sions et des inexactitudes. (Pour toutes les questions de synonymie, consulter la cinquième partie.)

La quatrième partie: «Clé de détermination », est destinée surtout à faciliter l'identification des espèces connues et la déter- mination avec quelque certitude d’espèces nouvelles pouvant être décrites ultérieurement. On ne saurait toutefois attacher une importance trop grande à une telle clé dont le caractère forcément artificiel n’est pas la moindre imperfection. Il convient donc d’être circonspect dans son emploi et de se référer autant que possible à la diagnose complète de l’espèce envisagée.

La cinquième partie comporte: une « Liste complete de tous les noms spécifiques du genre (valables, non valables, synonymes et homonymes) » et 20 une «Liste systématique des hôtes » avec les noms des Cestodes correspondants. Nous saisissons ici l’occasion de remercier sincèrement M. V. AELLEN, conservateur au Museum d'Histoire naturelle de Genève pour les nombreuses recherches auxquelles il s’est livré afin de compléter et de mettre à Jour nos listes d'hôtes (Reptiles et Mammifères).

Enfin une bibliographie permet au lecteur de remonter aux sources nous avons puisé nous-méme.

4 E. DELLA SANTA

PREMIÈRE PARTIE HISTORIQUE DU GENRE OOCHORISTICA

Le genre Oochoristica fut créé par LÜHE (1898) pour des Ces- todes de Sauriens. Par la suite, ce genre fut retrouvé chez d’autres Reptiles (Ophidiens, Chéloniens) et dans divers ordres de Mammi- fères (Carnivores, Insectivores, Edentés, Marsupiaux, Primates et Cheiropteres). LÜHE, en établissant ce genre nouveau, le caracte- risait par la diagnose suivante (sous réserves de modifications ulté- rieures) : « Taenia inermes, sans rostre, dont les pores génitaux sont latéraux et irrégulièrement alternants et dont l’utérus a une évolu- tion très rapide de telle sorte que dans les proglottis gravides les œufs sont isolés dans le parenchyme. Espèce-type: O. tuberculata Rud. » À l’époque de sa création le genre ne renfermait que des Cestodes de lézards de la région méditerranéenne et de lézards amé- ricains. LÜHE insiste sur l’uniformité générale que présente l’ana- tomie de ces Cestodes. La disposition des deux ailes de l’ovaire et de la glande vitellogène offrant l’aspect d’une feuille de trèfle, au centre du proglottis adulte, lui apparaît comme particulièrement frappante. Le cours général du vagin et du canal déférent, la posi- tion de la glande coquillière entre l’ovaire et la glande vitellogène, la situation postérieure ou latérale des testicules, ainsi que l’extrême rapidité de l’évolution de l’utérus et la distribution des œufs isolés dans le parenchyme constituent autant de caractères fondamentaux que LÜHE retrouve chez tous les Cestodes de lézards qu’il réunit dans le genre nouveau.

Depuis 1898, date de la création du genre, un nombre considé- rable de travaux ont été publiés à son sujet. Les descriptions d'espèces nouvelles se sont succédé a un rythme accéléré. Il s’est avéré que le genre Oochoristica avait une distribution particuliere- ment vaste englobant des territoires variés d'Europe, d'Afrique, d'Asie, d'Australie, d Amérique du Sud et du Nord. Malheureuse- ment plusieurs espèces insuffisamment connues et par voie de conséquence insuffisamment décrites ont été introduites dans le

LE GENRE OOCHORISTICA (CESTODES) D genre Oochoristica. Il en est résulté une confusion regrettable. Cette confusion est encore accentuée par le fait qu'aucun caractère parti- culier ne peut être choisi comme critère de détermination valable pour toutes les espèces du genre. En effet, deux aspects bien définis d’un caractère donné sont toujours reliés l’un à l’autre par une série de formes intermédiaires excessivement difficiles à délimiter les unes par rapport aux autres, de telle sorte que l’ensemble se présente comme une série continue (voir deuxième partie).

La plupart des descriptions d’espèces nouvelles publiées par les auteurs comportent une discussion de la position du nouvel Oocho- ristica par rapport à ceux décrits antérieurement. Fréquemment cette discussion s’accompagne de considérations d’ordre général sur le genre, ses limites, sa distribution, les critères de détermination utilisés, etc. Quelques auteurs ajoutent un tableau des espèces décrites les caractères de chacune d’elles sont succinctement évoqués. Rares sont les travaux qui donnent réellement une vue d'ensemble complete du genre. Parmi ceux-ci, citons en premier lieu les textes de ZScHoKkKE (1905) dans lesquels l’auteur com- mente la position systématique d’une espèce nouvelle O. rostellata provenant d’un Ophidien de la région méditerranéenne. Après avoir minutieusement décrit la forme nouvelle, ZscHokke fait un bref historique et esquisse la physionomie du genre Oochoristica, compte tenu des espèces récemment décrites. En plus des espèces intro- duites par LÜHE lui-même dans le genre créé en 1898, ZscHOKKE y place les Cestodes décrits par KRABBE en 1879: Taenia truncata et Taenıa pseudopodis, tous deux originaires du Turkestan. Quant à Oochoristica rostellata Zschokke 1905, il introduit dans le genre un hôte reptilien d’un groupe nouveau, celui des Ophidiens. ZSCHOKKE rappelle enfin que de nombreuses espèces du genre ont été trouvées chez des Mammifères; telles sont: O. incisa Railliet 1899 chez le Blaireau, O. surinamensis Cohn 1902 chez le Tatou, O. megas- toma (Diesing 1850) Zschokke 1905 chez des Singes bresiliens, O. tetragonocephala (Bremser 1856) von Janicki 1904 chez le Four- milier, O. didelphydis (Rud. 1819) Zschokke 1904 et O. bivittara von Janicki 1904 chez la Sarigue, O. wageneri von Janicki 1904 chez le Fourmilier. Ce qui frappait tout particulièrement ZscHOKKE c’est que ce genre, qu’il peut qualifier alors de peu important quantitati- vement, présente une extension géographique très étendue et une extrême variété d’hötes. Il parasite en effet de nombreux Reptiles

6 E. DELLA SANTA

de l’ancien et du nouveau monde, des Blaireaux en Europe, des Singes, des Marsupiaux et des Edentes en Amerique du Sud. Tou- tefois ZSCHOKKE distingue un trait commun à ces hôtes si divers. Ils sont tous plus ou moins insectivores ou peuvent l’être occasion- nellement. Les espèces du genre Oochoristica utilisent donc très vraisemblablement des Arthropodes comme hôtes intermédiaires. Notons ici que des travaux récents de RENDTORFF (1939 et 1948), de MiLLEMANN et READ (1954) ont confirmé ces vues. Ces auteurs ont en effet montré que le cysticercoide de plusieurs espèces du genre Oochoristica évolue chez des Insectes Coléoptères (Tene- brionidae et Dermestidae). ZSCHOKKE fait observer enfin que les hôtes des Oochoristica d Amérique du Sud se recrutent parmi ceux qui sont indigènes depuis longtemps, ce qui plaide en faveur d’une origine très ancienne du genre. Les Mammifères qui ont émigré d'Amérique du Nord en Amérique du Sud pendant le Pliocene ne présentent pas de parasites du genre Oochoristica, preuve qu’au Tertiaire ces Cestodes étaient déjà installés dans les Mammifères sud-américains. En conclusion l’auteur souligne l’antagonisme apparent qui oppose l’extrême extension du genre dans le temps et dans l’espace à l’uniformité non moins remarquable des espèces du point de vue anatomique. Quelques considérations sur les critères de détermination sont fournies ensuite par ZSCHOKKE (voir deuxième partie).

Une deuxième vue d’ensemble du genre Oochoristica nous est fournie dans l’important travail de BAER (1927). L’auteur signale la presence de formes « minor » et de formes « major » chez plusieurs espèces du genre et suggère que les formes minor pourraient repré- senter des individus à développement précoce produit par un état physiologique particulier de l’hôte. La diagnose du genre Oochoris- tica fournie dans ce travail est plus détaillée que la diagnose pri- mitivement proposée par LÜHE. Sa teneur est la suivante: « Lins- towinés de taille moyenne. Segments adultes souvent plus longs que larges. Pores génitaux irrégulièrement alternants. Les conduits sexuels passent entre les vaisseaux excréteurs ou à leur face dorsale. Système excréteur généralement avec ramifications secondaires. Testicules nombreux mais pouvant être réduits à moins de 10. Glandes sexuelles médianes. L’utérus est un tube transverse pou- vant se ramifier et qui se résout en capsules ovifères contenant un seul œuf. Adultes chez les Primates, Carnivores, Insectivores,

LE GENRE OOCHORISTICA (CESTODES) 7

Edentes, Marsupiaux et Reptiles. » A la suite de cette diagnose, BAER donne la description résumée de toutes les espèces valables du genre décrites avant 1927, soit 22 au total. Ce sont: O. tuber- culata (Rudolphi 1819) Lühe 1898 0. agamae Baylis 1919 —- O. ameivae Beddard 1914 O. amphisbaenae (Rudolphi 1819) Lühe 1898 O. amphisbeteta Meggitt 1924 —— O. bivittata von Janicki 1904 —-0. brasiliensis Fuhrmann 1927 —- 0. bresslaui Fuhrmann 1927 O. crassiceps Baylis 1920 O. didelphydis (Rudolphi 1819) Zschokke 1904 O. erinacei Meggitt 1920 O. herpestis Kofend 1917 O. ichneumontis Baer 1924 O. incisa Railliet 1899 O. lemuris (Beddard 1916) Baer 1926 O. megastoma (Diesing 1850) Zschokke 1905 —- 0. rostellata Zschokke 1905 O. surinamensis Cohn 1902 0. tetragonocephala (Bremser 1856) von Janicki 1904 O. thei- lerı Fuhrmann 1924 O. trachysauri (Mac Callum 1921) Baer 1927 0. zonuri Baylis 1919. Finalement, dans un tableau comparatif, l’auteur donne pour chacune de ces vingt-deux espèces la longueur totale, la largeur, le nombre des testicules, la longueur de la poche du cirre, les rapports des conduits sexuels et des vaisseaux excré- teurs. Parmi ces vingt-deux espèces, onze sont hébergées par des Reptiles, quatre par des Carnivores, quatre par des Marsupiaux et Edentés, deux par des Primates et une par des Insectivores.

En 1934, à l’occasion de la description d’une forme nouvelle, Oochoristica osheroffi, et de la redescription d’une espèce déjà décrite, O. fibrata Meggitt 1934, Mecerrr discute les synonymies au sein du genre Oochoristica. Il incorpore tout d’abord au genre Oochoristica Catenotaenta symmetrica Baylis 1927 et Atriotaenia parva Sandground 1926. Suivent quelques considérations sur les critères de détermination et les diverses synonymies introduites par BAER (1927). Mecerrt publie ensuite une liste des vingt-deux espèces qu’il considère valables et un tableau comparatif sont évoqués les caractères principaux de trente-trois espèces (synonymes et espèces valables). Comme l’a fait remarquer Barer en 1935, le fait que MEGGITT ne tient aucun compte de la position systématique des hôtes lors de la détermination des Cestodes introduit forcément des confusions regrettables. Ce procédé tend à fusionner des espèces qui se ressemblent anatomiquement mais qui proviennent d'hôtes systématiquement éloignés. } |

En 1935, à l’occasion de la description d’une espèce nouvelle, O. hainanensis, Hsü publie une fort intéressante étude comparative

O E. DELLA SANTA

de quelques Cestodes du genre suivie de considérations sur les caractères spécifiques utilisés dans la détermination (voir deuxième partie) et sur les synonymies établies par MeGGITT dans le travail précédemment cité. Hsü réfute point par point la synonymie pro- posée en s'appuyant sur une étude approfondie de la structure de l’atrium génital. D’autre part, il fait remarquer les faibles diffé- rences qui séparent ©. cryptobothrium de O. rostellata et pense qu'il convient de maintenir la synonymie entre ces deux espèces, pro- posée par BAER en 1927.

R. CHESTER HUGHES (1940) publie un volumineux travail destiné à rendre compte de l’état du genre à l’époque. L’auteur ne se propose pas de faire une révision mais une simple mise à jour nécessitée par l’abondance des espèces récemment décrites. La liste des espèces qu’il reconnaît valables en comporte quarante-cing. Nous jugeons inutile de publier cette liste ın extenso. Notons tou- tefois que, des vingt-deux espèces proposées par BAER (1927), vingt sont maintenues presque sans changement (0. brasiliensis Fuhrmann 1927 devient O. fuhrmannı Hughes 1940) tandis que les deux autres n’y figurent plus car elles tombent en synonymie avec d’autres espèces. Ces deux formes sont O. agamae Baylis 1919 qui est ici synonyme de O. ameivae (Beddard 1914) Baer 1924 et O. amphisbeteta Meggitt 1924 synonyme de O. erinacei Meggitt 1920 comme le proposait MeGGITT en 1934. Les vingt-cinq autres espèces citées dans la liste de R. CHESTER HUGHES sont: O. ameri- cana Harwood 1932 O. anolis Harwood 1932 O. elaphis Har- wood 1932 0. eumecis Harwood 1932 O. excelsa Tubangui et Masilungan 1936 O. fibrata Meggitt 1927 O. hainanensis Hsi 1935 O. khalılı Hamid 1932 O. lagrangei Joyeux et Hou- demer 1927 O. lygosomae Burt 1933 0. lygosomatis Skinker 1935 O. mephitis Skinker 1935 O. natricis Harwood 1932 O. oklahomensis Peery 1939 O. osheroffi Meggitt 1934 O. parva (von Janicki 1904) Baer 1935 0. parvovaria Steelman 1939 O. parvula Stunkard 1938 O. phrynosomatis (Harwood 1932) Baer 1935 O. ratti Yamaguti et Miyata 1937 O. sandgroundi Baer 1935 O. symmetrica (Baylis 1927) Meggitt 1934 O. taborensis Loewen 1934 O. thapari Johri 1935 0. whitentoni Steelman 1939. Après avoir donné une liste des noms spécifiques non valables à son avis, R. CHESTER HUGHES ajoute un tableau comparatif des espèces valables sous la forme d’une clé de détermination dans

LE GENRE OOCHORISTICA (CESTODES) 9

laquelle les caractères spécifiques les plus variés sont pris en considération.

Depuis la publication du travail de HUGHES, plusieurs espèces nouvelles ont été décrites. Ce sont, dans l’ordre alphabétique: O. (= Mathevotaenia) aethechini Dollfus 1954 O. africana Malan 1939 O. africana var. ookiepensis Malan 1939 O. anniellae Stunkard et Lynch 1944 0. antrozoi Voge 1954 O. bivitellobata Loewen 1940 O. celebesensis Yamaguti 1954 0. chabaudi Doll- fus 1954 O. dipi (Parona 1900) Baer 1948 O. gallica Dollfus 1954 O. gallica var. pleionorcheis Dollfus 1954 O. gracewileyae Loewen 1940 O. indica Misra 1945 O. pennsylvanica Chandler et Melvin 1951 O. procyonis Chandler 1942 O. salensis Dollfus 1954 O. scelopori Voge et Fox 1950.

A.-A. Spassky (1951) dans un volumineux travail de révision propose une fragmentation du genre Oochoristica à laquelle nous ne pouvons souscrire. L’auteur laisse subsister dans ce genre trente- quatre espèces, toutes issues de Reptiles. Parmi celles-ci une nou- velle espèce O. australiensis est proposée par Spassky (1951: 547) pour O. trachysaurı Johnston 1932 nec Mac Callum 1921. Or l’exa- men du type, que nous avons eu sous les yeux, confirme l’identité des descriptions de Barr (1927) et de JoHNnsTON (1932). En consé- quence l’espèce O. australiensis Spassky 1951 tombe en synonymie devant O. trachysauri (Mac Callum 1921) Baer 1927. De plus, Skrjabinochora sobolevi Spassky 1948 devient O. sobolevi Spassky 1951 que nous considérons comme synonyme de ©. tuberculata (Rudolphi 1819) Lühe 1898. Spassky considère O. agamae Baylis 1919, O. africana Malan 1939 et O. africana var. ookiepensis Malan 1939 comme des synonymes de O. truncata (Krabbe 1879) Zschokke 1905, ce qui nous paraît inacceptable. Toutes les autres espèces sont placées par Spassky dans six genres différents. Nous faisons toutes réserves sur le genre Oschmarenta Spassky 1951 qui est basé sur du matériel mal conservé, fragmentaire et mal décrit. Les deux sous-genres /nversia et Morosovella qu'il crée dans ce genre res- pectivement pour O. oklahomensis Peery 1939 et O. mephitis Skinker 1935 sont pour nous synonymes de Oochoristica. Il en va de même des genres Semenoviella Spassky 1951 créé pour O. amphisbaenae (Rudolphi 1819) Lühe 1898, Linstowia (Opossumia) Spassky 1951 pour O. bivittata von Janicki 1904, Cycloskrjabinia Spassky 1951 pour O. taborensis Loewen 1934 et Mathevotaenia Spassky 1951

10 E. DELLA SANTA

pour quinze espèces issues de Mammifères. Notons ici que M. roden- tinum sp. nov. = O. erinacei var. rodentinum Joyeux 1927 est une erreur de transcription et de plus tombe en synonymie devant O. rodentium (Joyeux 1927) Baer 1949. Quant à M. skrjabini Spassky 1949, nous la considérons comme synonyme de ©. voluta (von Lins- tow 1904). Enfin le genre Atriotaenia ( Atriotaenia) Spassky 1951 ressuscité par SPASSKY pour 0. sandgroundi est synonyme du genre Oochoristica comme l’a montré BAER (1935). Le genre Atriotaenia (Ershovia) Spassky 1951 créé pour O. incisa Raillet 1899 et O. pro- cyonis Chandler 1942 (espèces très voisines il est vrai) est encore synonyme de Oochoristica Lühe 1898.

Robert-Ph. Dorrrus (1954) publie une étude fort instructive de quelques Cestodes du genre Oochoristica récoltés au Maroc. Il rappelle avoir déjà proposé en 1932 une classification des Oochoristica de Reptiles en quatre groupes. Se ralliant, semble-t-il, aux tenta- tives de classification faites par A.-A. Spassky (1951), DoLLFUS ne laisse subsister dans le genre Oochoristica que des Cestodes issus de Reptiles et place dans le genre Mathevotaenia les espèces issues de Mammifères. Cette solution ingénieuse peut rendre, croyons- nous, de grands services mais présente l’inconvémient de disloquer un genre très homogène en lui faisant perdre son unité anatomique qui est indiscutable. Par surcroît, 1l n’est pas certain que la seule position systématique de l’hôte soit un caractère spécifique ou générique valable indubitablement.

Dans ce bref historique du genre Oochoristica Lühe 1898, nous avons intentionnellement omis de citer, faute de place, une foule de publications d’importances diverses concernant les espèces du genre. Nous n’avons fait que donner l'essentiel des travaux les plus marquants et qui ont un intérêt général pour la connaissance de ce groupe si complexe.

Ajoutons enfin que nous décrivons dans la troisième partie une espèce nouvelle, Oochoristica microscolex n. sp. d’un gecko de I’ Inde.

Espèce type: O. tuberculata (Rudolphi 1819) Lühe 1898.

Un matériel considérable se rapporte à cette espèce. Dans le but d’etablir une diagnose synthétique utilisable, nous avons examiné | très attentivement les quelque vingt-huit préparations mises à notre disposition portant